Phobos, Tome 2 – Victor Dixen

phobos-tome-2-701013Titre : Phobos²

Série : Phobos

Tome : 2

Auteur : Victor Dixen

Editions : Robert Laffont

Genre : Science-fiction

Sortie : 2015

Résumé : Ils croyaient maitriser leur destin. Ils sont les douze pionniers du programme Genesis. Ils pensaient avoir tiré un trait sur leurs vies d’avant, pour devenir les héros de la plus fabuleuse des odyssées. En réalité, ils sont les victimes de la plus cruelle des machinations. Elle croyait maitriser ses sentiments. Sur Mars, Léonor espérait trouver la gloire et, pourquoi pas, l’amour. Elle pensait pouvoir ouvrir son cœur sans danger. En réalité, elle a ouvert la boîte de Pandore du passé. Même si les souvenirs tournent au supplice, il est trop tard pour oublier.


► Mon avis 

J’ai ENFIN terminé le deuxième tome de Phobos, et le moins qu’on puisse dire, c’est que je ne suis pas déçue ! Je m’excuse par avance, mais ma chronique sera sensiblement similaire à celle du tome 1 car les points positifs et les petits points négatifs restent les mêmes. Je vais donc la faire un peu plus courte.

La plus grosse évolution que j’ai noté est dans les personnages. On apprend vraiment à connaitre les prétendants dans ce roman, ce que j’espérais vraiment par rapport à ma lecture du tome 1. J’ai par exemple appris à détester Alexeï, ce qui est très bien joué de la part de l’auteur, qui nous avait tout caché de son véritable caractère. J’aime bien Marcus sans particulièrement fondre pour lui, mais je trouve Léonor super et très réaliste. J’aimerais maintenant découvrir les personnages qui passent un peu à la trappe, je les attends donc de pied ferme.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Victor Dixen met nos nerfs à rude épreuve dans ce tome 2, ce qui n’annonce rien de bon pour la suite. L’intrigue se complexifie, des petits rebondissements arrivent tout le temps et à des endroits où on ne les attendait pas forcément. Il ne nous laisse pas une seconde de répit, et nous livre une histoire palpitante.

Je n’avais pas parlé de la structure du récit, mais je l’apprécie beaucoup. Les phases « hors champ » amène un vrai plus à l’intrigue, et les descriptions comme un scénario permettent de bien rythmer le récit. J’ai quand même trouvé quelques longueurs, que je dois attribuer à l’écriture très détaillée dans tous les moments. Quand je me retrouvais avec Andrew sur Terre, je n’avais qu’une envie, retourner sur Mars avec les prétendants !

Je ne pense pas avoir besoin de parler de l’univers, entre la conquête spatiale et la télé-réalité, que j’avais déjà longuement admiré dans ma première chronique. On ressent vraiment le poids des caméras sur la vie de nos astronautes, il y a donc un très bon rendu sur l’atmosphère dans lequel ils vivent.

J’ai déjà entamé le tome 3, et je ferais ensuite un petit tour par Phobos Origines. Cette série aura ma peau !


► Ma note 

Personnages : 4/5

Univers : 5/5

Intrigue : 4/5

Style : 5/5

18/20


« Tu es une étoile, Léonor, une géante rouge ; mais moi je suis un trou noir, et les trous noirs dévorent les étoiles qui s’approchent trop près d’eux. Je risque d’engloutir ta lumière dans ma nuit. Les condamnés à mort n’ont pas le droit d’être aimés. »

Plume.

Ma F.A.Q. des 1 000 abonnés Instagram !

Il y a une petite semaine, j’ai fait une FAQ sur mon compte Instagram pour remercier mes 1 000 abonnés. Et comme promis, je vais remettre ici mes réponses aux questions qui me semblent les plus importantes !

Insta


Ma vie personnelle

1) Ton prénom ? Ta ville ? Tes études ?

Dans la communauté bookstagram je me fais appeler Plume, mais dans la vraie vie je m’appelle Flora (chut c’est un secret !). J’habite en région parisienne et je fais des études de communication.

2) Ta maison à Poudlard et ton Patronus ?

Je suis depuis toujours une Serpentard dans l’âme, et je pense que mon Patronus serait un petit chiot qui court partout une fois sortit de ma baguette.

3) Comptes-tu faire de ta passion ton métier ?

Évidemment, si j’arrive à me faire publier et à vivre de ce que j’écris, je vais sauter sur l’occasion ! Sinon,  j’aimerais beaucoup travailler au service communication d’une maison d’édition, mais c’est plutôt compliqué de trouver un vrai boulot là dedans (et j’en sais quelque chose, j’y suis en stage en ce moment) 😉

4) Depuis quand as-tu ton compte Instagram et ton blog ?

J’ai commencé les deux comptes en même temps, c’est-à-dire au tout début du mois de février 2017. L’évolution a donc vraiment été folle, et je remercie tous les gens qui me suivent de me soutenir et de partager avec moi leurs avis sur leurs lectures !


Moi et la lecture

1) Ton livre préféré ? Ton top 3 livresque ?

Mes réponses ont un peu changé depuis ma FAQ, parce que mon livre préféré et mon top évoluent au fil de mes lectures ! En ce moment, mon livre préféré est La Faucheuse, mon dernier coup de cœur en date Une braise sous la cendre et toute la saga « Ellana » de Pierre Bottero.

2) Ta saga préférée de tous les temps ?

Je ne fais pas dans l’original, mais ma saga préférée restera toujours « Harry Potter » (Potterhead Forever😋). C’est vraiment toute mon enfance et une saga inoubliable pour moi comme pour des millions de personnes.

3) Ton genre favori ?

Je lis énormément de fantasy et de fantastique (comme vous avez pu le remarquer), car ce sont vraiment des genres que j’affectionne beaucoup. J’aime aussi la science-fiction, et de plus en plus la romance. Grâce à ce blog, je découvre de plus en plus de roman hors de mes genres habituels, et j’aime vraiment ça !

4) Comment fais-tu pour lire autant ?

Je lis beaucoup en ce moment car j’ai 2h30 de trajet par jour pour aller au travail, ce qui me laisse pas mal de temps pour la lecture. Et en plus, le mois dernier, je continuais de lire une fois rentrée chez moi. En ce moment, je lis un peu moins parce que je me consacre plus à l’écriture en espérant en faire sortir mon propre roman !

5) Un livre pas très connu à conseiller ?

Je ne sais pas si on peut le considérer comme peu connu, mais je conseillerais sans hésiter Player One d’Ernest Cline que j’ai chroniqué il y a quelques temps. Il est parfait pour les passionnés de science-fiction et de jeux-vidéo.

6) Le livre le plus triste que tu aies lu ?

Je ne sais pas si c’est le plus triste, mais c’est le dernier qui m’a vraiment traumatisé : Avant toi. Je crois que je n’en suis toujours pas remise d’ailleurs 😥

7) Ton personnage de roman préféré ? Ton bookboyfriend ?

En ce moment, mon personnage préféré est Elias d’Une braise sous la cendre. Il est juste parfait, fort, courageux et tout ce qui suit. C’est donc évidemment lui mon bookboyfriend. (Même si j’aime beaucoup Thorn de « La Passe-Miroir » et qu’il me plait bien quand même !).

8) Le personnage de roman qui te ressemble le plus ?

Je dirais Ophélie de la saga « La Passe-Miroir », parce qu’au début elle est très maladroite et très timide, et qu’elle s’affirme de plus en plus. Et ça me ressemble beaucoup au niveau du caractère ! En plus je suis petite comme elle.


Mon roman

1) De quoi parle ton roman ?

C’est évidemment de la fantasy, pleine de magie, avec un château et une bonne touche de romance. Je ne sais pas trop faire de résumés, mais je vais essayer de vous faire une explication un peu simplifiée :

Il raconte l’histoire d’une jeune fille, une Mage fille d’illusionistes, qui ne sait pas trop quels pouvoirs elle a car elle n’arrive pas à faire la magie qu’on lui propose. A vingt ans, elle est conviée au palais impérial pour une sorte de recensement magique avec tous les jeunes de son âge, pour qu’on lui donne une fonction dans le pays. Comme elle ne connait pas ses pouvoirs, elle est placée sous l’autorité du Haut Mage, le magicien le plus puissant de l’empire, qui est chargé de l’aider à découvrir ce qu’elle peut faire. En même temps, une autre intrigue se mêle car une sorte de force obscure sévit dans le château et cause pleins de problème. Tout en cherchant qui elle est vraiment, elle va donc se demander si elle peut lutter contre cette force et comment le faire. Elle va donc devoir apprendre à se défendre car elle met son nez là où elle ne devrait pas, mais heureusement qu’elle a un Mage pour l’entrainer. Et puis elle va avoir une romance bien sûr !

2) Comptes-tu le publier (en format papier ou en numérique) ?

Pour l’instant je pense surtout à le finir, et je verrais après si je veux le publier 😀 Comme tout auteur, je rêverais de me faire publier par une maison d’édition ! Si je n’y arrive pas, je vais sûrement le mettre en livre numérique pour que vous puissiez le lire, et sinon je garderai pour moi. Car je serais incapable de m’auto-publier, c’est beaucoup trop difficile.

3) Combien de pages as-tu écrit ?

Pour le moment, j’ai écrit un peu plus de 23 000 mots, ce qui correspond à 46 pages sur Word (et donc presque à 100 pages d’un vrai roman !). Vous pouvez suivre l’évolution de mon écriture dans la bio de mon Instagram ou sur la barre latérale de mon blog si ça vous intéresse 😀


Ma FAQ est terminée ! Si vous avez d’autres questions, que ce soit sur moi, sur mon compte ou mon blog, sur mon roman… n’hésitez pas à m’envoyer un MP sur Instagram ou à remplir mon formulaire de contact, ou bien à me les poser en commentaire !

Merci à vous ❤

Plume.

La Faucheuse, Tome 1 – Neal Shusterman

9782221200155Titre : La Faucheuse

Série : La Faucheuse

Tome : 1

Auteur : Neal Shusterman

Editions : Robert Laffont

Genre : Science-fiction

Sortie : 2017

Résumé : MidAmérique, milieu du 3e millénaire. Dans un monde où la maladie a été éradiquée, on ne peut plus guère mourir qu’en étant tué aléatoirement (« glané ») par un faucheur professionnel. Citra et Rowan sont deux adolescents qui ont été sélectionnés pour devenir apprentis-Faucheurs ; et, bien qu’ils aient cette vocation en horreur, ils vont devoir apprendre l’art de tuer et comprendre en quoi cette mission est bel et bien une nécessité. Mais seul l’un des deux adolescents sera choisi comme apprenti à part entière, et lorsqu’il devient clair que la première tâche du vainqueur sera de glaner la vie du perdant, Citra et Rowan se retrouvent dressés l’un contre l’autre bien malgré eux…


► Mon avis 

Depuis sa sortie, La Faucheuse était partout sur les blogs. Je ne pouvais pas passer à côté plus longtemps, et j’ai eu largement raison. Ce roman est un coup de cœur ÉNORME, autant (si ce n’est plus) qu’Une braise sous la cendre. Et pourtant, celui-là était vraiment une tuerie. Je vous présente donc mon plus gros coup de cœur depuis le début de l’année !

Commençons par l’univers, qui n’a rien à envier aux autres dystopies que j’ai lues avant. Tout se passe sur Terre, dans des milliers d’années, alors que les humains ont trouvé un moyen de se rendre immortels. Ils sont donc obligés d’avoir des faucheurs, qui ont pour rôle de « glaner » des personnes au hasard, pour ne pas être en sur-population. Cet univers est glaçant par son réalisme, dépeignant un scénario à la fois bien pensé, terrifiant et absolument génial. Je m’y suis plongée sans retenue, à la fois oppressée et admirative. La façon dont on voit ce monde évoluer est vraiment très stressante et nous pousse à vouloir lire la suite.

Les deux personnages principaux, Rowan et Citra, sont des apprentis faucheurs. Leur évolution au cours du roman est bluffante, alors qu’ils subissent un entraînement physique et mental, et qu’ils assistent aux complots qui se trament entre les faucheurs. Ils sont tous les deux déterminés, forts, attachants, mais aussi très différents. On les voit partir du même point pour finalement dériver complètement, et j’ai vraiment aimé cette perspective.

Les autres personnages sont tout aussi parfaits. Ils ont tous un rôle important dans l’histoire, un caractère qui leur va parfaitement, et des réactions complètement réalistes. Ils m’ont stressée, impressionnée, amusée, et même presque fait pleurer au fil de ma lecture. Je suis totalement fan de Maitre Faraday, et Maitre Volta m’a beaucoup touché. C’est un sans faute.

Au niveau de l’intrigue, j’ai été maintenue en haleine tout le long du livre. Les rebondissements arrivent toujours au bon moment, et rajoutent une nouvelle touche de mystère ou d’action ! Le gros gros gros rebondissement de la fin m’a littéralement coupé le souffle, et j’étais vraiment impressionnée de ce que l’auteur osait faire.

Le style est vraiment très agréable, pas trop jeune ni trop complexe. La violence est omniprésente, mais cela ne m’a pas dérangé du tout. Je ne connaissais pas cet auteur, je suis donc ravie d’avoir pu le découvrir par un aussi gros coup de cœur. J’espère juste que la suite ne mettra pas trop longtemps à arriver !


► Ma note 

Personnages : 5/5

Univers : 5/5

Intrigue : 5/5

Style : 5/5

20/20 


« Car le pouvoir est inexorablement infecté par la seule maladie qu’il nous reste encore. Un virus qu’on appelle la nature humaine. Je ne donne pas cher de l’avenir de notre espèce si jamais les faucheurs se mettent à aimer ce qu’ils font. »

Plume.

Une braise sous la cendre, Tome 2 : Une flamme dans la nuit – Sabaa Tahir

9782266271141Titre : Une flamme dans la nuit

Série : Une braise sous la cendre

Tome : 2

Auteur : Sabaa Tahir

Editions : Pocket Jeunesse

Genre : Fantasy

Sortie : 2016

Résumé : Laia et Elias se frayent un chemin vers le nord afin de libérer le frère de Laia des horreurs de la prison de Kauf. Pourchassés par les soldats de l’Empire, manipulés par la Commandante et hantés par leurs passés, Laia et Elias doivent duper leurs ennemis et confronter la perfidie de leurs propres coeurs.Dans la ville de Serra, Helene Aquilla se retrouve attachée à la volonté du nouveau leader à l’esprit tordu de l’Empire, Marcus. Quand sa loyauté est mise en doute, Helene accepte une mission pour montrer ce dont elle est capable, une mission qui pourrait bien la détruire.


► Mon avis 

Si vous n’avez pas lu ma chronique sur le tome 1, vous ne savez pas encore à quel point j’ai aimé ce livre. C’est mon plus gros coup de coeur depuis le début de l’année ! Et heureusement, ce deuxième tome est presque, voire aussi bon que le premier. Ma chronique va donc être aussi dithyrambique que la première.

L’action est toujours aussi présente et ne s’arrête jamais. Il y a une multitude de rebondissements inattendus qui m’ont fait bondir de mon siège. Ils sont si bien placés dans le livre qu’on ne s’attend absolument pas à ce qu’ils arrivent au moment où ils arrivent. Et évidemment, ils sont très bien ficelés, surprenants et révoltants. C’est la marque de fabrique de Sabaa Tahir.

L’intrigue se poursuit différemment de ce qu’on attendait et continue de se complexifier. La magie prend une plus grande place dans le livre, avec de nouveaux pouvoirs et esprits, ce qui n’est pas pour me déplaire. J’aime vraiment beaucoup la violence palpable qui émane de cet univers, qui traduit parfaitement l’ambiance de guerre, sans faire dans la dentelle. C’est beaucoup plus réaliste dans le contexte du roman.

Si cela est possible, la commandante et l’empereur sont devenus encore plus détestables que dans le premier tome. Cela faisait longtemps que je n’avais pas insulté à haute voix un personnage de roman. À vrai dire, la majorité des « méchants » sont gratuitement horribles et sadiques, peut-être même un peu trop. Les personnages sont soit noirs, soit blancs, et il y a peu de nuances hormis Hélène. Je manque donc un peu de gris.

J’ai regretté certains choix faits par Elias et Laia, qui sont tous les deux butés comme des pierres. Et toutes les barrières qu’ils se mettent sont intenables quand on veut qu’ils se mettent ensemble. Par contre, ils restent tous les deux très touchants, humains et attachants. En revanche, j’ai détesté Keenan depuis le début, donc il m’a encore plus énervé dans ce tome (je ne veux pas spoiler mais c’est grave !). J’ajoute aussi que j’ai vraiment adoré suivre le point de vue d’Hélène, qui est un personnage que j’aime beaucoup et dont l’histoire apporte vraiment un plus au roman.

Je pense que l’attente pour enfin avoir une suite va être intenable, d’autant plus que rien n’a encore été annoncé… Mais je vous conseille fortement de lire cette saga tout de même, car c’est un coup de coeur !


► Ma note 

Personnages : 4/5

Univers : 5/5

Intrigue : 5/5

Style : 5/5

19/20


« Il était une fois, dit la voix étrange, une fille et un garçon qui essayèrent de s’échapper d’une ville livrée aux flammes et à la terreur. Dans cette ville, ils trouvèrent le salut à moitié dans l’ombre. Là, les attendait une démone à la peau argentée avec un coeur aussi noir que son logis. Ils combattirent la démone sous la tour de la souffrance qui ne dort jamais. « 

Plume.

Les Magiciens, Tome 2 : Le Roi Magicien – Lev Grossman

les-magiciens,-tome-2---le-roi-magicien-758785Titre : Le Roi Magicien

Série : Les Magiciens

Tome : 2

Auteur : Lev Grossman

Editions : L’Atalante

Genre : Fantastique

Sortie : 2013

Résumé : Le temps a passé depuis les aventures contées dans Les Magiciens. Quentin, Julia, Eliot et Janet sont désormais les souverains de Fillory, le royaume magique de leurs lectures enfantines. Mais le merveilleux tourne parfois au noir. Et de graves incidents troublent la quiétude du château royal. Un oracle de mort et de destruction tombe sur le pays enchanté. Énigmes et menaces entraînent Quentin et Julia dans un nouveau périple. La quête qui les attend passe par l’Amérique dont ils sont issus, elle traverse l’école de Brakebills, s’attarde à Venise pour y rencontrer un dragon, plonge entre les mondes et jusque dans l’au-delà. Les sept clés d’or sauveront-elles Fillory ? Et le plus grand mystère ne viendrait-il pas de Julia elle-même, dont la découverte de la magie a suivi un cheminement obscur ?


► L’avis de Surry 

Note de Plume : Après mon avis très critique sur le premier tome de cette série (que vous pouvez retrouver ici), j’ai décidé de vous montrer un tout autre point de vue pour le deuxième tome : celui d’un ami qui l’a trouvé génial. C’est donc lui qui a rédigé cette chronique, pour vous montrer qu’une seule et même série de roman peut être sujette à des avis très divergents. Voici donc la chronique de Surry ! Je n’ai pas voulu dénaturer son œuvre, alors attention à quelques spoilers minimes qui viennent s’y inviter.

Comme on pouvait s’y attendre, le deuxième volet de la saga Les Magiciens de Lev Grossman possède les mêmes défauts que son prédécesseur : trop de passages à vide et de longueurs.

Ce qui fait la force de cette trilogie, c’est sans nul doute son univers. Le thème de la magie est très souvent utilisé dans les romans fantastiques, et la difficulté est alors d’essayer de ne pas faire comme son voisin pour tenir en haleine le lecteur. L’auteur a ici parfaitement réussi à nous emporter dans son monde, faisant travailler notre imagination pour imaginer ces lieux remplis de magie comme Brakebills (l’école du héros) ou Fillory (un monde de « rêve »). Mais de très longues descriptions viennent gâcher la fête, l’auteur s’attarde trop souvent sur des détails assez futiles, rendant le début du roman très mollasson.

L’histoire de Janet, Julia, Eliott et Quentin, rois et reines de Fillory, se poursuit donc quelques mois après l’aventure du premier tome. Une brève rencontre avec un lapin magique fait alors réagir Quentin, qui émet le souhait de redevenir un héros. Il prend donc la décision d’aller sur une île perdue dans l’océan pour récolter des taxes impayées… Ce moment m’a réellement donné l’impression que Lev Grossman se moquait de nous. Même Quentin, le héros du livre, se rendait compte que cette aventure était aussi palpitante que de regarder un arbre pousser. Ajouter à ça de très longues descriptions sur les lieux qui l’entourent et me voila déjà en train de lâcher. La question « mais où veut-il en venir avec cette histoire aussi passionnante qu’un épisode de Derrick ? » revenait sans cesse dans ma tête.

Heureusement, après la pluie vient le beau temps. C’est finalement au bout de 200 pages que je fus agréablement surpris. Sans crier gare, de l’action vient se mêler à une intrigue naissante, donnant un spectacle des plus croustillants. L’histoire ne cesse alors d’évoluer, liant habillement actions et scènes de réflexion, me plongeant alors dans le livre comme rarement. Cerise sur le gâteau, le dénouement final frôle la perfection grâce à de multiples rebondissements qui donnent envie de lire la suite. Nous promettant même un troisième volet très différent.

La psychologie des personnages, et surtout celle de Julia, est plus approfondie dans ce deuxième livre, nous permettant de comprendre le mal qui la ronge. Des petits nouveaux (venant de Fillory) font aussi leur apparition, nous permettant de comprendre un peu plus le mode de vie de ce monde si énigmatique. D’autres sont clairement laissés de côté, comme Janet, sans pour autant perturber notre lecture. C’est donc un gros point positif qui vient s’ajouter à un univers et un style intéressant.

À la fin, je trouve vraiment dommage que l’intrigue ait mis aussi longtemps à démarrer, mais elle valait le coup d’attendre.


► La note de Surry 

Personnages : 4/5

Univers : 4/5

Intrigue : 5/5

Style : 3/5

16/20


« Julia et moi sommes souverains de Fillory, et nous devons retourner là-bas. Dans un certain sens, nous sommes partis en quête. Et tu appartiens désormais à notre communauté. Je t’ai recruté. Nous devons retourner à Fillory mais nous ignorons comment nous y prendre. Voilà le problème. »

Surry.

La Sélection, Tome 2 : L’élite – Kiera Cass

512KdUJ8BAL.jpgTitre : L’élite

Série : La Sélection

Tome : 2

Auteur : Kiera Cass

Editions : Robert Laffont

Genre : Fantasy / Romance

Sortie : 2012

Résumé : Trois cent ans ont passé et les États-Unis ont sombré dans l’oubli. De leurs ruines est née Illea, une monarchie de castes. Mais un jeu de téléréalité pourrait bien changer la donne. Elles sont trente-cinq jeunes filles: la « Sélection » s’annonce comme l’opportunité de leur vie. L’unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L’unique occasion d’habiter dans un palais et de conquérir le coeur du prince Maxon, l’héritier du trône. Mais pour America Singer, cette sélection relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure. Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l’oeil des caméras… Puis America rencontre le Prince. Et tous les plans qu’elle avait échafaudés s’en trouvent bouleversés…


► Mon avis 

Mon avis par rapport à ce deuxième tome de « La Sélection » est très semblable à celui du premier tome (dont vous pouvez retrouver la chronique ici). Les qualité et les défauts sont les mêmes alors que l’histoire avance, avec quelques petites subtilités à ajouter.

L’univers dans lequel se déroule l’histoire est toujours intéressant, tout en se complexifiant au fur et à mesure du récit. On y découvre des intrigues politiques beaucoup plus poussées, des mystères emmêlés les uns dans les autres, une rébellion qui se trame en fond… Le tout se déroule derrière la romance, qui nous pousse inexorablement à continuer la lecture. On se demande si (et surtout quand) Maxon et America finiront enfin ensemble ! C’est évident que c’est le cas, mais je veux connaitre le fin mot de l’histoire.

Dans ce livre, America a commencé à me taper un peu sur le système. Et se pose sans cesse des questions inutiles, change d’avis comme de chemise, ne sait pas ce qu’elle veut et prend des décisions inconsidérées sur un coup de tête. Elle me donne beaucoup plus l’impression d’une gamine capricieuse que dans le premier tome, avec sa fâcheuse manie de faire tourner en bourrique ce pauvre Maxon.

À côté de cela, je me suis beaucoup attachée aux personnages, autant ceux que j’apprécie que ceux que je déteste. Marlee est vraiment super, Aspen me tape sur le système et Céleste est horrible : je suis donc passée par toutes les émotions au fil de ma lecture, de l’énervement au rire !

La plume de l’auteur toujours agréable, tout en restant extrêmement simpliste. On ressent que c’est vraiment un roman jeunesse par le manque de narration par rapport à la quantité de dialogues. Mais une fois que j’étais dans l’histoire, je n’ai aps du tout fait attention à ce genre de détail.

Je vais donc bientôt me mettre au troisième tome, L’élue, qui me donnera enfin satisfaction par rapport à la relation de Maxon et America !


► Ma note 

Personnages : 4/5

Univers : 4/5

Intrigue : 4/5

Style : 4/5

16/20


« Je me demande parfois, un peu par jeu, quel effet cela ferait d’être la bien-aimée de Maxon. Le problème, c’est qu’il ne m’appartient pas. Il y a ici cinq autres filles – des filles qu’il voit en tête à tête, à qui il chuchote des mots doux. Cinq rivales. Un autre problème se présente : si je me lie à Maxon, alors je dois me lier à la couronne, et j’ignore encore ce que cela implique en réalité. »

Plume.

Les Magiciens, Tome 1 – Lev Grossman

519yHUSYYmLTitre : Les Magiciens

Série : Les Magiciens

Tome : 1

Auteur : Lev Grossman

Editions : L’Atalante

Genre : Fantastique

Sortie : 2010

Résumé : Brooklyn. Quentin, dix-sept ans, est un adolescent brillant mais il ronge son frein, prisonnier d’un monde désespérément ennuyeux, en attendant d’intégrer une université de prestige. Comme il regrette le temps de son enfance où les «Chroniques de Fillory» l’entraînaient dans un univers magique où tromper son ennui ! Sa vie se transforme le jour où, à sa grande stupeur, il est admis à la faculté de Brakebills, une école extrêmement élitiste et secrète qui forme des magiciens. Cinq années d’un rude et dangereux apprentissage l’y attendent. Mais le monde réel, même revu par la magie, n’apporte pas forcément le bonheur. Ce qu’il faudrait, c’est que l’univers de Fillory, celui des contes de son enfance, ne soit pas un monde imaginaire. Qui sait ?


► Mon avis 

J’ai choisi ce roman car c’est de lui qu’est tirée la série The Magicians, que je trouve absolument géniale, captivante et pleine d’intrigues complexes. Je me suis dit que je ne pourrais que plonger plus dans cet univers merveilleux en lisant le livre… Et bien j’avais tort ! La série est largement mieux que le roman, qui est pour moi une grosse déception.

Je vais commencer par l’élément positif : j’aime toujours cet univers. Le monde magique créé par Lev Grossman est bien là. Brakebills l’école de magie, Fillory le monde parallèle, tout se retrouve. Le seul problème, c’est que l’on ne fait que traverser ces endroits, sans vraiment s’en imprégner. Il y a quelque chose de particulier dans le style, qui fait que je n’avais pas l’impression de rentrer dans cet univers, juste de l’observer de loin.

Ce style est vraiment très particulier. Il est parfois lourd, trainant en longueur ; parfois confus, et l’on ne comprend pas vraiment ce qu’il se passe ; parfois extrêmement rapide, et on voit toute une année passer en deux paragraphes. Le résultat reste assez inégal, car certains passages ont réussi à m’accrocher. Mais ils étaient suivis de plus de 10 pages de description d’un élément futile (genre une partie de jeu de société), qui me décourageaient facilement.

Au niveau des personnages, grosse déception également. Je n’aimais pas trop Quentin dans la série, il m’est encore plus déplaisant dans le livre. Eliot, mon personnage préféré, n’est qu’un alcoolique à la sexualité étrange. Ils manquent tous cruellement de profondeur, et d’évolution. Cinq années passent dans ce premier tome, et j’ai eu l’impression de retrouver les mêmes personnes qu’au début de ma lecture. Le moment où un élément de caractère change, cela arrive si brutalement que l’on s’en trouve totalement décontenancé.

L’histoire en elle-même est beaucoup moins détaillée, pas d’intrigue, pas de suspense, pas d’éléments de surprise. J’ai juste eu l’impression que les personnages erraient d’action en action sans aucun but précis. Ils se contentaient de suivre leur scolarité pendant les 300 premières pages, sans que rien ne vienne les perturber. Je ne savais pas où j’allais, et j’attendais désespérément des éléments de mise en place qui ne sont jamais arrivés. Même les rebondissements géniaux que je connaissais dans la série étaient à peine, voire pas du tout exploités.

J’ai eu l’impression que je n’arriverais jamais à bout de ce roman, car je me suis ennuyée de bout en bout. J’ai sauté les 20 dernières pages inutiles, et poussé un soupir de soulagement quand j’ai enfin pu le refermer. On m’a dit que la suite était beaucoup plus intense, mais pour l’instant, je ne pense pas me laisser tentée.

Un dernier mot : allez quand même voir la série !


► Ma note 

Personnages : 2/5

Univers : 3/5

Intrigue : 1/5

Style : 3/5

9/20


« Prudent comme à son habitude, il expérimentait l’idée d’être heureux, trempait un pied hésitant dans le pétillement des eaux enivrantes du bonheur. Il n’était guère entraîné à cet exercice. Mais c’était vraiment drôle. Il allait apprendre la magie ! Soit il était le plus grand génie de tous les temps, soit il n’était qu’un crétin. « 

Plume.